Ouvrir/fermer le menu de recherche
AUXERRE

En 2010, la Communauté d’agglomération de l’Auxerrois s’est engagée dans l’élaboration d’un Plan climat-énergie territorial (Pcet), aujourd'hui Plan climat air-énergie-territorial (Pcaet).
La démarche s’est faite en plusieurs étapes :

1. Le diagnostic territorial

Pour mettre en place des actions prioritaires de réduction des émissions de GES sur un territoire donné, il est nécessaire de réaliser un diagnostic climat. Pour cela, l’outil le mieux adapté est le bilan carbone®, qui comptabilise les émissions directes ou indirectes, de GES d’une activité ou d’un site.

Pour le territoire de l’Auxerrois, deux bilans carbone® ont été réalisés en parallèle en 2011. L’un consacré aux émissions liées à l’activité de la Communauté de l'Auxerrois, l’autre aux émissions générées depuis son territoire, soit l’ensemble des activités et populations qui l’occupent. Les résultats sont exprimés en tonne équivalent CO2 (teq CO2), à partir des consommations d’énergie de l’année 2010.

Le bilan carbone® Patrimoine et services a été évalué à 7 200 teq CO2, dont 56 % proviennent de l’enfouissement des déchets et 26 % du transport de marchandises.

Le bilan carbone® Territoire de l’Agglomération a été évalué à 730 000 teq CO2, parmi lesquelles 39 % sont dues aux consommations d’énergie du bâti et 32 % aux transports de personnes et marchandises.

Thermographie

2. La thermographie aérienne

Consciente que les consommations de chauffage représentaient une part importante dans le mix énergétique de son territoire, la Communauté de l'Auxerrois a fait réaliser une thermographie aérienne de l'agglomération en 2011, en lien avec son Programme local de l’habitat (PLH).

En parallèle des bilans carbone, la thermographie a été un véritable outil de diagnostic territorial à grande échelle des fuites de chaleur en toiture.

3. La concertation et la construction du plan d'actions

La concertation s’est faite au sein d’un comité composé, d’une part, d’élus et de techniciens, et d’autre part, élargi à l’ensemble des acteurs du territoire dans toute leur diversité.
Une quarantaine de correspondants ont été associés : associations, entreprises, fédérations du bâtiment, Adil Espace info-énergie, EDF/GRDF, fédérations du transport, Chambre de commerce et d'industrie, centres hospitaliers, communes, Directions départementale des territoires, bailleurs sociaux, Chambre d’agriculture, services de l’Agglomération, etc.

L’objectif était de rassembler toutes les pistes et propositions d’actions pouvant contribuer à la rédaction du plan d’actions.

4. L'adoption et la mise en place des actions

Les énergies fossiles sont responsables de la majorité des émissions, avec trois secteurs d’intervention prioritaires : énergie (39 %), transports (32 %) et alimentation (15 %).

Sur ces bases, la stratégie ainsi que le plan d’actions du Plan climat-énergie, établi sur 2011/2016. Une quarantaine d’actions à court, moyen et long terme, étaient validées fin 2012.

5. Le Pcet devenu Pcaet

La loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte place les intercommunalités au cœur de la politique climat en les nommant « coordinateur de la transition énergétique ».
janvier 2017, le Pcet est devenu Plan climat-énergie-territorial (Pcaet). Cet outil nouvelle génération intégre « l'air » pour désormais prendre en en compte la réduction des polluants atmosphériques.